Le FCG est en TOP14 !!

Publié le par arno

 

Après Toulon, le Racing, le SU Agen et le LOU, le FCG devient le 12éme club à soulever le bouclier de la ProD2 !! Avec  ce sacre, club de la capitale des Alpes s’octroie le billet direct pour le Top14.

 

Flash back, en 2005, la SASP n’est plus. le FCG se voit alors relégué en Fédérale 1, la 3éme division du rugby. En une seule année, les grenoblois arrivent à remonter en 2éme division à la faveur d’une victoire contre Nîmes au Stade Georges Pompidou de Valence. Les voici donc en ProD2, l’antichambre du TOP14. Le club choisit (ou subit) de construire une remontée en 1ére division sur la durée, pour avoir de bases solides. Après 3 années qui se sont soldées par des places dans le ventre mou du championnat, le club décide de recruter Fabrice Landreau pour le rôle de Manager Sportif. Avec cette venue le club a l’objectif de remonter dans l’élite du rugby dans les 5 années. Une première saison qui solde par une 6éme place, puis une seconde qui se termine par une ½ finale perdue à domicile par une défaite surprise contre Bègles Bordeaux.

 

La saison 2011-2012 est une des saisons les plus ouvertes de ces dernières années, maintenant que le Racing, le RCT et le LOU sont en TOP14. Le FCG est annoncé comme le principal favori. Le club grenoblois assume ce statut tout au long de la saison et prend le pouvoir en novembre avec sa victoire contre le CSBJ pour son premier match de l’histoire au Stade des Alpes. Depuis il ne l’a pas lâché et a assuré son titre et sa montée directe pour son match contre La Rochelle le 14 avril dernier au Stade des Alpes, signe du destin !!

 

379038_10150385979286658_550636657_8570047_171622390_n.jpg

 

Maintenant le FCG s’offre un nouveau défi. Celui de se stabiliser dans l’élite du rugby français. Et le club s’en donne les moyens puisqu’il va augmenter de façon considérable son budget (+ 40% annoncé), afin d’apparaitre dans la moyenne des budgets de top14. Mais on sait très bien que l’argent ne fait pas tout, que derrière ce budget il faut une politique sportive claire et ambitieuse. Et la encore le FCG peut le faire. En effet, depuis 10 ans le club alpin forme de nombreux joueurs évoluant actuellement en TOP14, de Vincent Clerc à Marvin O’Connor, en passant par Thomas Bianchin. Le défi est donc de garder les meilleurs joueurs formés au club en leur proposant un challenge à la hauteur de leurs espérances. Et pour cela le club doit viser le maintien durant 2 ou 3 saisons avant de viser plus haut.

 

En 7 ans, le club s’est très bien structuré, au niveau sportif comme au niveau économique. Force est de constater que le club a su tisser sa toile dans le paysage économique du Y grenoblois avec plus de 250 partenaires sur la dernière saison. C’est ainsi une véritable réussite à ce niveau.

Cependant le club n’a-t’il pas trop misé la dessus au détriment de sa relation avec les supporters. Il ne faut pas oublier qu’un club n’est rien sans ses supporters, c’est eux qui font un club. Et en plus de cela, ils peuvent rapporter beaucoup d’argent à un club via les recettes match day et la boutique. Et la le FCG n’a pas su se structurer pour dynamiser ses recettes.

Le merchandising est très en retard dans le club, il n’y a proprement parlé pas de boutique dans le stade. Non un algeco de 10m² n’est pas une boutique. La boutique en ligne est tout sauf attirante et ne favorise pas l’achat. Enfin les produits proposés sont vraiment rudimentaires, tout juste 40 produits sont proposés à la vente sur le site dont aucune écharpe… Quand je pense supporter, je pense écharpe…
Si le FCG veut viser plus haut, il doit vraiment mettre en place une vraie relation avec ses  supporters, pour déjà les respecter et puis récolter de l’argent.

 

Mais tout n’est pas si rose dans la vie économique du club. En effet depuis de nombreuses années, les caisses du club sont alimentées par un mécène, M. Kampf le créateur de Cap Gemini. Et via sa filiale Sogeti, il verse prés de 2 millions d’€ en partenariat par an. De plus selon le site societe.com, sur les 2 dernières saisons, la SASP a été en perte, cumulant prés de 800 000€ sur les deux exercices. De quoi craindre l’éventuelle viabilité du projet grenoblois. En effet pour être stable sur la durée et ne dépendre de personne, un club se doit d’équilibre ses comptes. La aussi le club se doit de faire des efforts pour ne pas connaitre des lendemains difficiles..

 

Commenter cet article